J'adore | DIORMAG

25 Novembre
nouveautés

J’adore édition d’exception : le savoir-faire

Découvrez les secrets de fabrication du nouveau flacon d’exception J’adore, concentrant le savoir-faire des plus grands artisans parisiens.

Inspirée par les créations joaillères du XVIIIe siècle, Victoire de Castellane signe un flacon majestueux empreint de l’élégance du château de Versailles. « J’ai imaginé qu’on avait retrouvé un flacon de parfum dans un meuble à la cour de Versailles, qui y aurait été caché comme un bijou, un trésor que l’on voulait protéger. Si J’adore avait été créé au XVIIIe siècle, j’aime à penser qu’il aurait été comme cela, baroque, suspendu dans le temps et dans l’espace », explique la Directrice Artistique de Dior Joaillerie. Cette création inédite est l’objet de prouesses techniques alliant la tradition et l’innovation.

Le ruban ornant l’amphore est réalisé selon l’art du « doublé » consistant à superposer une couche d’argent sur une couche d’or rose. Les deux métaux sont travaillés séparément puis soudés l’un à l’autre avant d’être plongés dans un bain oxydant qui noircit l’argent tout en préservant l’or rose. Ce travail donne au bijou un aspect ancien et reproduit les effets d’un éclairage à la bougie. Comme figé en plein mouvement, le nœud requiert les gestes précis et minutieux des artisans, du polissage au sertissage. Chaque amphore de cristal est soufflée à la bouche par les maîtres verriers de Baccarat, perpétuant les liens étroits qui, depuis 1947, unissent la maison Dior à la prestigieuse cristallerie.

Enfin, comme une signature gravée sur la perle du flacon, Victoire de Castellane a écrit de sa main le nom J’adore.

25 Novembre
nouveautés

J’adore édition d’exception

L’iconique amphore de J’adore se réinvente dans une édition d’exception imaginée par Victoire de Castellane, la Directrice Artistique de Dior Joaillerie.

Pour la première fois, Victoire de Castellane livre son interprétation artistique de l’amphore emblématique de J’adore. Inspirée de sa collection de haute joaillerie Dior à Versailles, cette édition d’exception s’habille de l’incontournable code de la Maison : le nœud. Serti de diamants, il orne le col du flacon avec légèreté et délicatesse, exaltant toute sa sensualité et sa féminité. « Quand on voit un nœud, on imagine le geste. Dénouer un ruban, c’est se déshabiller. C’est aussi s’approprier l’objet que le nœud fermait », affirme la créatrice. Le flacon en cristal de Baccarat, tout en courbes et en transparence, invite le jus et le métal à se répondre dans un jeu de couleur et de lumière. Victoire de Castellane ajoute : « Dans mon travail, on retrouve toujours cette idée d’éternité que j’exprime en figeant le mouvement lorsqu’il est le plus beau. » Ainsi, l’amphore J’adore devient un bijou rare et précieux, édité à seulement cinq exemplaires dans le monde.

22 Novembre
nouveautés

Une fin d’année en J’adore

Dans sa robe dorée, la fragrance iconique de la maison Dior réunit l’exotisme de l’ylang-ylang des Comores, la puissance du jasmin sambac d’Inde et la subtilité de la rose damascena de Turquie. Pour parfaire ce bouquet subtil, dont les fleurs ont été sélectionnées par le parfumeur-créateur exclusif de Dior, François Demachy, le précieux jasmin de Grasse, cultivé en exclusivité pour la maison Dior au domaine de Manon, vient ajouter sa touche solaire, comme une promesse de fête.

16 Octobre
Savoir Faire

Le savoir-faire de la robe de Charlize Theron

Dans la nouvelle campagne publicitaire du parfum J’adore, réalisée par Jean-Baptiste Mondino, l’égérie Charlize Theron se dévoile dans une création réalisée sur mesure dans les ateliers haute couture de la Maison.

C’est dans une robe asymétrique Nude, en mousseline de soie créponnée et échancrée dans le dos, que Charlize Theron apparaît, rayonnante. Les courbes de sa silhouette sculpturale et élancée sont soulignées par des galons brodés à la main de près de vingt mille perles et paillettes ainsi que de plus de deux cent cinquante mille strass disposés sur l’ensemble de la création. Ces trompe-l’œil scintillants sont le résultat d’une délicate gestuelle, d’une patience incroyable et de la maîtrise de la technique de la broderie de Lunéville, qui consiste à travailler sur l’envers du tissu pour crocheter les ornements en alternant les motifs et les couleurs. Ces broderies auront nécessité plus de deux cents heures de travail.

Pour suivre, tout en légèreté et fluidité, les mouvements de Charlize Theron, les petites mains des ateliers Dior ont réalisé des coutures anglaises, quasiment invisibles et dissimulées dans les broderies. Découpée dans plus de douze mètres de tissu, la mousseline créponnée, particulièrement délicate, doit être travaillée avec la plus grande attention. Et telle une fondation directement intégrée à la robe, le bustier en double organza chair a été confectionné aux mesures exactes de la star pour souligner et accentuer ses courbes. Le montage de cette création unique aura demandé plus de deux cent cinquante heures de travail et tout autant de passion.

15 Octobre
nouveautés

Le jasmin de Grasse

Focus sur la fleur d’exception qui rayonne au cœur de J’adore Eau de parfum. Surnommé « la fleur » par les habitants de la région, le jasmin de Grasse est cultivé pour Dior au domaine de Manon, avec patience et passion, puis récolté à la main de manière à préserver ses accents fruités et solaires uniques. 

Plus d'articles