19.03 BREAKING NEWS

PRÉCIEUX CARRÉS

GALERIE

Eclatants de couleur, les carrés de la collection « Les Histoires de Monsieur Dior » sont de véritables tableaux sur soie. Découvrez les savoir-faire qui sont à l’origine de ces foulards d’exception, fabriqués en Italie selon la plus pure tradition.

C’est non loin du lac de Côme, en Italie, que sont réalisés les carrés Dior. Comme si rien n’avait changé depuis l’époque de Marco Polo, on y fait venir la soie grège, naturellement blanc cassé, de Chine, là où des conditions climatiques idéales alliées à un savoir-faire millénaire lui assurent une qualité exceptionnelle. Et c’est à Côme, dans des ateliers où s’activent des dizaines de métiers à tisser, que cette somptueuse matière première devient un twill soyeux prêt à être transformé en carré.
La suite de la fabrication est alors affaire de coloristes : feuilletant un immense nuancier, ils cherchent la couleur parfaite pour habiller chaque détail du motif. Un carré Dior peut contenir jusqu’à quarante-huit nuances au total, et c’est précisément ce foisonnement qui fait de la fabrication des carrés un processus si long et si minutieux, car la soie vierge est colorée selon la technique ancestrale de l’impression à cadres, qui garantit une infinie précision du trait et des teintes éclatantes. Pour chaque nuance, un cadre gravé du motif à imprimer est fabriqué tout spécialement ; on applique alors l’encre au travers, comme avec un pochoir et, à mesure que la pièce de soie défile d’un cadre à l’autre, le motif et les dégradés subtils du carré apparaissent, résultat des superpositions successives des couches de couleur. 

Après ce processus complexe, qui nécessite quinze heures de travail, les couleurs sont fixées par un passage à la vapeur, puis la soie imprimée est lavée, débarrassée de son surplus d’encre, avant d’être plongée dans un bain amidonné, spécialement dosé pour obtenir l’aspect et le toucher idéals – la « main » – définis par les créateurs Dior. Enfin, dans un geste parfaitement maîtrisé, les ouvrières exécutent le « roulotage », en repliant la soie du bord du carré sur elle-même avant de la piquer et de la coudre. Eclatants de couleur et délicatement soyeux, les carrés sont alors prêts à être expédiés, pour se nouer autour du cou des femmes du monde entier. 

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : BREAKING NEWS