08.07 BREAKING NEWS

ODYSSÉE COUTURE

GALERIE

Hier après-midi, Raf Simons présentait sa collection de haute couture automne-hiver 2014-2015 pour la maison Dior. Découvrez la vidéo et le compte-rendu du show.

C’est un vaisseau spatial qui semble s’être posé, hier, dans les jardins du musée Rodin. Un vaisseau Dior dont les parois futuristes sont tapissées d’orchidées blanches, que des miroirs reflètent à l’infini. Les invités qui ont embarqué dans cet espace rond, irradiant d’une lumière presque fantastique, ont été emportés, au gré des silhouettes imaginées par Raf Simons, dans un véritable voyage dans le temps, à travers des siècles d’élégance passée et future. Une odyssée rythmée par huit escales, à travers lesquelles nous guident huit groupes de femmes.

Première étape de cette odyssée ? Le XVIIIe  siècle, si cher à Christian Dior, et dont Raf Simons livre une vision très contemporaine. Des robes à panier revisitées, allégées par d’aériens jupons de tulle. Des couleurs pastel, crème, vert céladon, rose tendre qui, à force de délicatesse, tirent presque sur le blanc. A mesure que les mannequins parcourent le podium, les mains négligemment glissées dans les poches de leur robe de cour 2.0, le faste de Versailles semble rencontrer une décontraction épurée.

Sursaut de l’espace-temps : nous voici soudain projetés en plein XXIe  siècle, entre passé, présent et futur proche. Dans le vaisseau Dior, les silhouettes s’habillent de détails techniques. Sont-elles des cosmonautes couture ou des élégantes parées pour le soir, ces femmes qui défilent en combinaisons de pilote en taffetas zippé et brodé ?

Guidés par leur démarche assurée, nous suivons d’autres groupes jusqu’au début du XX siècle. Dans leur long manteau édouardiens de cachemire ou de fourrure, qui balaient presque le sol, elles explorent aussi de nouveaux horizons chromatiques : les pastels tendres ont cédé la place aux tons francs et, au rythme de leurs pas, on voit apparaître, par la fente de l’étoffe sombre, les jambes de leur pantalon, comme des éclairs de fuchsia, de vert émeraude ou de rouge vif.

Et le voyage continue, explorant les époques avec audace et légèreté : ce sont les corsages de cour qui muent en minijupes couture, puis les fastueux justaucorps des marquis du XVIII siècle, qui deviennent des manteaux du soir, simplement portés sur un pantalon noir ; l’allure garçonne des années 1920, réinterprétée dans des robes frangées et brodées… Et, bien sûr, le tailleur Bar,  dont Raf Simons a revisité l’architecture iconique en jouant sur les volumes du col : tour à tour caban, veste ou robe, ses variations semblent surgies d’un voyage dans le temps, de la rencontre entre le passé de la maison Dior et la vision moderne de son directeur artistique. 

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : BREAKING NEWS