17.04 ALL ABOUT DIOR

DANS LE SECRET DES ATELIERS

GALERIE

DiorMag vous présentait hier Dior and I,  le documentaire de Frédéric Tcheng. Découvrez aujourd’hui la série de photos que l’artiste Willy Vanderperre a réalisée autour du premier défilé haute couture de Raf Simons pour Christian Dior.

Dans les ateliers, chaque collection est un nouveau défi à relever, un éternel recommencement qui se perpétue inlassablement depuis le premier défilé de Christian Dior, le 12 février 1947. Le photographe Willy Vanderperre a immortalisé cette alchimie discrète entre Raf Simons et ses artisans, où chacun prend ses marques, où tous s’apprivoisent. Des premiers essayages aux minutieux ajustements, le dialogue est précis. Parce que derrière la vision contemporaine et le coup de crayon du créateur, ce sont les petites mains appliquées qui interprètent les croquis et donnent vie à la collection. Une relation émotionnelle au vêtement s’instaure. A l’atelier tailleur, chargé des pièces structurées, comme les vestes et les manteaux, les traditions ont été bouleversées. La veste Bar  ouvre le défilé dans une version smoking épurée pour laisser la femme libre de ses mouvements

Dans l’atelier flou, où l’on travaille le tombé des robes, les silhouettes sont complètement réinventées, les robes au métrage de tissus inouï s’arrêtent nettes, coupées dans leur longueur. C’est une nouvelle architecture, plus moderne et dynamique. La maîtrise absolue des coupes et des matières du créateur actualisent les codes de la Maison. La complexité des étoffes, qui reprennent les toiles du peintre Sterling Ruby tissées dans des satins duchesse, et les fleurs délicatement brodées en dégradés de couleur sur les robes sont deux des multiples prouesses techniques des ateliers qui dominent à la perfection ce savoir-faire exceptionnel et cultivent cette empreinte unique d’excellence. Dans l’intimité des ateliers, une nouvelle histoire s’écrit, où le futur se nourrit des codes emblématiques du passé. 

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : ALL ABOUT DIOR