28.10 DIOR OVER THE WORLD

DÉCONSTRUCTION CRÉATRICE

VIDÉO

Dans l’installation qu’elle a réalisée pour l’exposition Esprit Dior , au MOCA de Shanghai, Lin Tianmiao interroge la dimension révolutionnaire de l’œuvre de Christian Dior, tissant d’étroits liens entre déconstruction et création, dans les tons or qu’affectionnait particulièrement le couturier.

La mode et le textile, Lin Tianmiao est tombée dedans lorsqu’elle était enfant. Les longues heures qu’elle a passées, alors, à aider sa mère à coudre des vêtements ou à enrouler des fils de coton, tâche monotone s’il en est et véritable « torture »  selon ses propres mots, marquent son œuvre de façon décisive. Son art est façonné par un travail manuel minutieux, souvent répétitif, une tâche aux confins du pensum et de la méditation. Sous les doigts de Lin Tianmiao, couture, filage et broderie habillent les objets du quotidien d’une poésie délicate qui les rend méconnaissables. Ainsi, dans The Proliferation of Thread Winding , l’installation qui a fait d’elle l’une des premières femmes artistes chinoises à s’imposer sur la scène internationale dès 1995, des boules de coton enroulé sont reliées par leur fil à des milliers d’aiguilles plantées dans un lit. A la place de l’oreiller, un écran montre l’artiste au travail, maniant le coton entre ses doigts, d’un geste soigneux et monotone à l’excès. Cette technique d’enroulage de fil (thread winding ) signe la plupart de ses œuvres, depuis ses photographies, régulièrement piquées d’aiguilles surmontées de boules de fil de coton, jusqu’à ses œuvres récentes, où elle se penche sur la structure interne du corps en la décomposant.

Pour l’installation  All The Same , l’artiste a recouvert de rubans de soie colorée chacun des os du corps humain, avant de les fixer sur un mur, alignés méthodiquement du plus grand au plus petit.
L’installation de Lin Tianmiao qu’on retrouve dans l’exposition Esprit Dior  s’inscrit dans ce nouveau domaine de recherche artistique. Accrochés au mur, derrière un mannequin drapé d’une robe pastel, les outils du couturier – ciseaux, aiguilles ou cintres – empruntent des formes d’os humains et sont habillés de rubans de satin doré. L’esprit créatif de Monsieur Dior y apparaît dans toute son originalité, comme un processus de perpétuelle déconstruction qui réinvente sans cesse la silhouette de la femme.

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : DIOR OVER THE WORLD