23.01 ALL ABOUT DIOR

INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ

GALERIE

Tennis rebrodées de fleurs, escarpins pastel et bijoux discrets : les accessoires du défilé haute couture printemps-été 2014 affichent la même gracieuse légèreté que les silhouettes dessinées par Raf Simons.

C’est une femme d’aujourd’hui, sophistiquée mais contemporaine, délicate mais énergique : une femme-fleur en mouvement perpétuel. On l’imagine ôter ses escarpins grand soir pour se glisser dans une paire de baskets et s’élancer hors du podium, légère, libre de courir et de danser toute la nuit…
Ces souliers évoquent le dynamisme de celle qui ne cesse de glisser d’une vie à une autre : des tennis aux courbes féminines, délicatement rebrodées de perles ou de fleurs de tissu, donnent à sa silhouette couture une allure décontractée et radicalement moderne. Son insouciance transparaît dans tout ce qu’elle porte, dans chacun de ses accessoires. Ils sont la signature discrète d’une femme que rien ne saurait entraver. Ainsi, la fine chaîne qui embrasse son cou et s’enroule autour de ses doigts ressemble à un ruban-bijou qu’elle aurait noué à la hâte avant de sortir. Sur les hauts talons de ses richelieus

argentées, dont la bride enserre le haut du mollet à la manière d’une armure délicate, elle a l’allure futuriste d’une conquérante en quête de séduction. Enfin, c’est sa sensualité tout en délicatesse que l’on entrevoit lorsqu’elle s’avance en escarpins rose poudré, vert d’eau ou bleu ciel : dans ces tons pastel, les souliers enlacent sa jambe comme une jarretière, brouillant la limite entre le vêtement et la lingerie, entre le faste couture dont la femme Dior se pare et l’intimité qu’elle suggère, tout en subtilité.

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : ALL ABOUT DIOR