06.03 BREAKING NEWS

L’HISTOIRE AU FUTUR

GALERIE

Sacs Bar  et Lady Dior , bijoux et souliers : les accessoires du défilé ouvrent de nouveaux horizons à l’héritage de la maison, entre réel et surréalisme, à l’image de la collection de Raf Simons.

Un chat noir, un œil, un trèfle à quatre feuilles : autant de symboles liés à la superstition, transformés en bijoux… Lors du défilé, les bagues en or et palladium sculptées à la main étaient portées en accumulation aux doigts des mannequins, comme des totems protecteurs.
La superstition de Christian Dior est bien connue – il ne se séparait jamais de ses amulettes et suivait attentivement les conseils de sa voyante – ; la ligne de bijoux s’en inspire et conjure les mauvais sorts en habillant les mains et les oreilles de parures aux allures de porte-bonheur. Ainsi étaient les accessoires du second défilé de prêt-à-porter de Raf Simons pour Dior : inspirés de l’histoire de Monsieur Dior, de ses goûts et de ses passions et, surtout, résolument modernes.

 Ainsi le tout nouveau sac  Bar , orné de fleurs de cuir inspirées de la robe  Miss Dior  de 1949 ; ainsi les escarpins – à talon bobine modernisé – reprenant l’imprimé pied-de-poule si cher à Christian Dior ; ainsi encore les souliers-collants rebrodés de clochettes de muguet, fleur fétiche du couturier – et porte-bonheur elle aussi… Sur le  catwalk , dans un décor céleste et futuriste, les accessoires du défilé assuraient avec persistance la mémoire de la maison Dior.

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : BREAKING NEWS