01.03 BREAKING NEWS

LES LUMIÈRES DE LA VILLE

GALERIE

Alors que Raf Simons présentait hier sa collection de prêt-à-porter automne hiver 2014-2015 pour Dior, découvrez le dossier de presse du show.

Les Lumières de la ville : une vision nouvelle de l’expérience urbaine, un espace de pouvoir où tout devient possible pour les femmes. Cette saison, Raf Simons, directeur artistique de Christian Dior, célèbre la force et le pouvoir d’une silhouette urbaine et la femme qui l’habite. Associant avec audace féminité et masculinité, la tradition du tailleur pour homme avec la vision Dior de la femme-fleur, Raf Simons présente ici une synthèse entre réalité et imagination : un paysage urbain abstrait où une femme d’une nouvelle nature a pris le pouvoir. « Cette saison, je voulais suggérer un nouveau type de femme,explique Raf Simons.Une femme au pouvoir et à l’énergie très affirmés. Je voulais développer l’idée de pouvoir, à travers la construction du vêtement, offrir une nouvelle réalité pour une nouvelle fonctionnalité. Cette collection parle plus de la cadence de la ville que du farniente au jardin. Je suis attiré par la réalité du monde urbain et son environnement, qui n’est pas uniquement un monde de loisirs fugaces. La femme Dior peuple ces deux mondes. »  Pour cette collection,

le jardin Dior devient abstrait, ses couleurs se retrouvent sur les silhouettes urbaines, ses formes répondent aux tissus traditionnels du vestiaire masculin. La femme-fleur, toute en séduction, est toujours présente, mais elle prend de l’audace et se fait plus sensuelle dans son tailleur masculin. Revers en pointe sur les cols, vestes croisées et boutons de corne remplacent cette saison les codes traditionnels du tailleur féminin. Tandis que l’atelier flou transforme les chemises d’homme en robes et que le nylon se fait cannage matelassé sur des robes de cocktail, mélangé à des cachemires fluides double-face. Les motifs graphiques de la ville abondent : les chaussures de sport prennent une nouvelle altitude sur leurs talons hauts, sans laçage, que l’on retrouve, lui, corsetant les manteaux. Parfaitement construits, les vêtements se superposent : c’est une synthèse du féminin et du masculin, du passé et du présent de Dior, une coupe à travers l’histoire et un collage des codes génétiques du vêtement.

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : BREAKING NEWS