05.02 DIOR OVER THE WORLD

LADY MARLÈNE

IMAGE

Alors que se déroule la soixante-quatrième édition de la Berlinale, DiorMag est disponible dès aujourd’hui en allemand. L’occasion de revenir sur les liens qui unissent la maison au monde du cinéma, et à l’actrice Marlène Dietrich en particulier.

Depuis les premiers films pour lesquels Christian Dior dessine des costumes dans les années 1940, jusqu’aux actrices comme Natalie Portman, Marion Cotillard, Charlize Theron et Jennifer Lawrence qui prêtent aujourd’hui leur aura de star à la maison, en passant par les étoiles planétaires qui portent du Dior à la scène comme à la ville, l’histoire qui unit la maison du 30, avenue Montaigne au monde du cinéma continue de s’écrire année après année, de film en festival, avec la même passion.
Cette histoire de stars en Dior, c’est avec Marlène Dietrich qu’elle a commencé. Amie de la première heure, elle assiste aux débuts du couturier, ne perd rien de ses succès lorsque le New Look se révèle une véritable révolution, et Christian Dior l’invite régulièrement à séjourner dans sa maison de Milly-la-Forêt.

Mais plus encore qu’une intime, Marlène Dietrich est une admiratrice inconditionnelle du couturier. Son parfum fétiche ? Diorama . Son rouge à lèvres de prédilection ? Rouge Dior . Ses robes, ses fourrures, ses tailleurs ? Dior encore. Et à l’écran aussi, dans Le Grand Alibi  d’Alfred Hitchcock et Le Voyage fantastique  de Henry Koster, la star porte les robes de son ami couturier, qui achèvent de lui donner cette incroyable aura de séduction. L’actrice ne s’y trompe pas : au cinéma, la robe est essentielle, et celles que Christian Dior dessine sont parfaites pour le rôle. C’est donc pleine d’assurance qu’elle impose le couturier à Alfred Hitchcock, lançant sur un air de défi cette phrase restée célèbre :« No Dior, no Dietrich !  » 

PLUS DE MÉDIAS

CLASSÉ DANS : DIOR OVER THE WORLD