Retour

Dior Images : Paolo Roversi

— Auteurs Katie Somerville, Lydia Kamitsis — Éditeur Rizzoli — Présentation Il y a quelque chose de profondément mystérieux dans notre obsession pour ces spectres sensibles de couleurs et de lignes que nous appelons photographies. Quelque chose de profondément mystérieux dans notre besoin d’accumuler ces petites ressemblances de visages aimés, de lieux visités, d’événements qui nous ont marqués. Il semble que nous cherchions toujours plus que la simple évocation d’un souvenir lorsque nous posons nos yeux sur ces talismans visuels. Tout se passe comme si la photographie n’était pas un instrument d’enregistrement du réel, mais plutôt un espace, un milieu spécifique qui, seul, permet à certains événements d’avoir lieu et à certaines créatures de se manifester.
Nul photographe n’a, comme Paolo Roversi, su interroger cette puissance non référentielle de la photographie. Entre ses mains, les photographies cessent d’être de simples traces du réel et deviennent des instruments de transfiguration active du monde. Ce n’est pas un hasard si la mode est son objet privilégié. Comme la photographie, elle est une chambre alchimique qui permet aux choses d’exister différemment de ce qu’elles sont.

Découvrir les premières pages