Retour

Grace de Monaco, princesse en Dior

— Auteur Florence Müller — Éditeur Rizzoli — Présentation À l’occasion de l’exposition qui se tient du 27 avril au 17 novembre au musée Christian Dior de Granville, l’ouvrage Grace de Monaco, princesse en Dior, publié aux éditions Rizzoli, retrace l’histoire de cette amitié unique entre la Maison et l’actrice fétiche d’Alfred Hitchcock. Devenue princesse de Monaco en 1956, à la suite de son mariage avec le prince Rainier III, Grace montre un goût tout particulier pour les créations Dior. Dès le bal donné pour ses fiançailles à l’hôtel Waldorf-Astoria, à New York, elle apparaît vêtue d’une robe réalisée spécialement par les ateliers de la Maison et pose, la même année, pour un portrait officiel, signé Yousuf Karsh, habillée du modèle haute couture Colinette, imaginé par Christian Dior pour sa collection automne-hiver 1956-1957. Après la disparition du couturier, Marc Bohan, devenu Directeur Artistique de la Maison en septembre 1960, trouve en elle l’incarnation parfaite d’une élégance racée, moderne, sobre et raffinée, en symbiose avec sa vision de la couture. « Elle était emblématique de mon style, un style que l’on remarquait, mais qui n’était jamais agressif. Les robes chemisier, les blouses et le crêpe de Chine étaient son genre », confie Marc Bohan dans une interview inédite à découvrir dans ce livre. La princesse voit dans le Directeur Artistique non seulement le couturier de l’air du temps et du glamour monégasque, mais aussi un ami proche de la famille. En 1967, elle accepte d’être la marraine de Baby Dior et inaugure, en sa compagnie, la boutique pour enfants, avenue Montaigne. Grace décore sa propre salle de bains des flacons Eau de Cologne Fraîche, et reçoit, au Palais princier, Serge Heftler-Louiche, l’ami d’enfance granvillais de Christian Dior, devenu Président de Christian Dior Parfums. Ce sont toutes ces histoires aux affinités complices, et bien d’autres encore, que dévoile cet ouvrage imaginé pour le quatre-vingt-dixième anniversaire de la naissance de cette figure de légende. Etoffé d’une sélection de photographies personnelles, de croquis et de clichés des robes portées par la princesse, il met en lumière les liens indéfectibles qui unissaient la Maison à cette icône éternelle. Les textes sont signés, notamment, Florence Müller – également commissaire de cette exposition – ou encore Frédéric Mitterrand, auteur du livre The Grace Kelly Years: Princess of Monaco.

Découvrir les premières pages