Défilé Homme
Summer 2019

23 juin 2018 - Paris - 17H30 (GMT+2)

Christian Dior & moi. Dans son autobiographie, Christian Dior a suggéré qu’il y avait deux Dior : l’homme et le mythe. Le premier étant Monsieur Dior lui-même. Le second, incarné par la Maison créée en 1947.
Pour sa première collection en tant que Directeur Artistique de Dior Homme, Kim Jones a choisi d’interpréter les codes du couturier. Ceci est un double hommage, à la fois à la personnalité de Christian Dior et au rêve de la haute couture que sa Maison symbolise. La collection instaure ainsi un dialogue entre les deux facettes de sa vie. 

La couture a influencé le savoir-faire et la sélection des matières, notamment par l’utilisation d’une toile de Jouy choisie pour la boutique originale du 30, avenue Montaigne, décorée par Victor Grandpierre.
Ce code Dior, inspiré par l’héritage de la Maison, est décliné en jacquards ou en broderies, dans des matières aussi contrastées que le tulle ou le cuir, ainsi qu’en plumes.

 

L’identité haute couture, essentiellement féminine, est ici adaptée au vestiaire masculin, donnant vie à des vêtements souples, aux épaules arrondies et aux lignes épurées. Une nouvelle veste Dior, baptisée Tailleur Oblique, enveloppe la silhouette d’une ligne diagonale, telle une référence subtile à l’un des modèles imaginés pour la collection automne-hiver 1950.
Travaillées en cachemire et en mohair d’été, d’autres vestes font écho aux lainages anglais tant appréciés par Christian Dior, aussi bien pour sa propre garde-robe que pour ses créations. Entre tradition et modernité, Kim Jones mélange habilement les références haute couture et sportswear.

 

Les motifs floraux traversent la collection, hommages à la double passion de Monsieur Dior pour la nature et ses « femmes-fleurs ». Les fleurs, qui s’épanouissaient sur l’un des services en porcelaine du couturier, sont ici revisitées par des dessins contemporains, puis travaillées en imprimés ou en broderies. Des plumes brodées par l’atelier Lemarié sont recouvertes de vinyle rappelant le vernis de la porcelaine fine. Évoquant l’enfance de Christian Dior influencée par les goûts de l’époque édouardienne, ainsi que son amour du xviiisiècle, cet univers décoratif inspire la palette de la collection : bleu, blanc, rose clair, l’une des couleurs de sa maison d’enfance à Granville, tout comme le gris, autre nuance iconique. Une touche de jaune aux reflets dorés fait allusion à la description donnée par Jean Cocteau de son ami Dior : « Ce génie léger, propre à notre temps, dont le nom magique comporte celui de Dieu et or. »

 

Cette collection printemps-été 2019 est ponctuée également de clins d’œil à la vie privée de Monsieur Dior. Motif récurrent : son chien Bobby, qui avait inspiré une édition limitée du parfum Miss Dior et donné son nom à plusieurs créations. Les bijoux revisitent aussi un sceau utilisé par la famille Dior pour son entreprise dans les années 1920, ainsi qu’un symbole brodé, issu du faire-part de naissance de Christian Dior, en 1905. Cette immersion dans l’intimité du couturier a influencé certaines techniques de confection : des vestes, comme retournées, dévoilent leur doublure rayée, et des superpositions de deux types d’organza de soie, dont l’un de style sportswear. Les vêtements rendent ici un nouvel hommage au savoir-faire haute couture.

 

Les accessoires trouvent leur origine dans le patrimoine unique de la maison Dior. L’emblématique sac Saddle est réinterprété pour la première fois en version masculine : en besace et en banane, ou, tel un patch, sur les sacs à dos et les blousons en cuir. La maroquinerie multiplie les références aux codes Dior : de la toile de Jouy en version brodée à un motif cannage découpé au laser, en passant par la toile Dior Oblique, dévoilée dans une nouvelle variation tricolore.

 

Christian Dior a confié, dans ses écrits, que sa personnalité était multiple. Kim Jones a repris cette idée pour son premier défilé, s’entourant de plusieurs univers créatifs.
Yoon, cofondatrice du label japonais Ambush, a détourné, en bijoux, les icônes Dior telles les initiales « CD », les fleurs et les insectes. Matthew Williams a, quant à lui, conçu une nouvelle boucle en métal ornant les accessoires. Stephen Jones a imaginé des chapeaux à partir de modèles originaux « Christian Dior Monsieur » issus des archives de la Maison. Enfin, spécialement commissionné, l’artiste KAWS, a créé, la pièce centrale du décor du show, une sculpture monumentale représentant sa figurine signature, BFF. Entièrement recouverte de roses, elle symbolise la silhouette de Christian Dior tenant dans ses bras le flacon de parfum Miss Dior à l’effigie de son chien Bobby. KAWS a aussi revisité l’abeille, autre emblème de Dior, qui se pose sur les vêtements, au gré des broderies et des imprimés, illustrant cette citation de Christian Dior : « Et quand on prend la nature pour référence, on ne peut pas vraiment se tromper. »

L’inspiration est double : la personnalité du couturier et sa passion pour la nature. Plus qu’un nouveau look, c’est un nouveau regard. 

En savoir plus
Fermer

Interview de Kim Jones

Ajouter au calendrier
Sélectionner votre calendrier
Abonnez-vous
Vidéo du défilé, inspiration de la collection, photos backstage et maquillage, et plus encore.
Choisissez la ou les newsletters que vous souhaitez recevoir :
En cliquant sur valider, vous acceptez de recevoir de la part de Dior les dernières actualités et exclusivités.
En cliquant sur valider, vous acceptez de recevoir de la part de Dior les dernières actualités et exclusivités.
Votre inscription à la newsletter Dior a bien été prise en compte
Télécharger l'application DiorMag
L'application est disponible sur différents centres de téléchargement.
Sélectionner votre OS

Défilé Homme
Summer 2019

23 juin 2018 - Paris - 17H30 (GMT+02)

Haut de page