La légende de la Magic Hour | DIORMAG

08 Juin
nouveautés

En backstage

Entrez dans les coulisses du shooting de la collection de prêt-à-porter fall 2018, qui joue sur les codes du masculin et du féminin. 

07 Juin
nouveautés

Collection fall 2018

Pour la collection de prêt-à-porter fall 2018, Maria Grazia Chiuri s’est inspirée de l’artiste Claude Cahun. Découvrez le dossier de presse. 

  • ©

    Arnaud Lajeunie

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

  • ©

    Arnaud Lajeunie 

« Sous ce masque, un autre masque. Je n’en finirai pas de soulever tous ces visages. »
Claude Cahun

Le point de départ de cette collection fall 2018 Dior est la redécouverte de l’œuvre de Claude Cahun (pseudonyme de Lucy Schwob, 1894-1954), écrivain surréaliste, photographe, actrice, militante politique et résistante française ayant revendiqué son homosexualité. Fascinée par ses autoportraits photographiques, remettant en question l’identité et le genre, la Directrice Artistique des collections femme a été influencée par ses photos, dans lesquelles le masculin et le féminin sont des poses, des masques.

« Je voulais me confronter à la précision des basiques et des matériaux du vestiaire masculin. Je souhaitais mettre en valeur la partie la moins explorée de l’héritage de Christian Dior, une partie presque stricte, avec l’utilisation de tissus masculins et de vestes, de manteaux, de chemises aux lignes rigoureuses », confie Maria Grazia Chiuri. Ainsi, cette collection démontre que c’est, notamment, à travers la mode que la complémentarité entre masculin et féminin définit l’individualité au xxie siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, avec le New Look, Christian Dior a redonné aux femmes le plaisir de la féminité. De même, aujourd’hui, Maria Grazia Chiuri souhaite que les femmes disposent des outils nécessaires pour être avant tout des personnes aux identités multiples et non des personnages figés.

Les formes résolument féminines illustrent deux attitudes différentes : l’une, plutôt stricte, avec des cols qui ne sont pas sans rappeler le col de chemise tel que le portait Claude Cahun, et l’autre, plus sensuelle, tout en longueurs et transparences. Les lignes et les proportions emblématiques de Dior sont revisitées dans des versions légères en tulle gris et rose poudré. Les codes de la Maison – volumes, coupes des décolletés, longueurs – sont déconstruits et retravaillés dans des jeux de contrastes inédits. Ainsi, le satin, cher à Christian Dior, se décline en jupons parfaitement pensés pour le corps féminin d’aujourd’hui. Des créations qui se portent à même la peau, sous un manteau masculin.

05 Juin
nouveautés

La légende de la Magic Hour

La maison Dior dévoile le film Legend of the Magic Hour, qui met en scène Johnny Depp dans le désert, à l’heure où le ciel s’embrase et où la vie sauvage s’éveille.

A la lumière d’un feu, dans la réserve protégée de Joshua Tree, en Californie, Johnny Depp raconte la légende navajo de la Magic Hour¹. Ce moment suspendu entre le jour et la nuit, où la terre livre toutes ses senteurs et où le ciel se pare de nuances bleutées. C’est aussi à cet instant précis que la nature reprend ses droits, réveillant l’esprit farceur du dieu Coyote. Sous l’emprise de ce personnage mythologique amérindien, des hommes et des femmes du désert se laissent envoûter par cette atmosphère mystique et inquiétante.

Entre documentaire et fiction, cette vidéo réalisée par Clément Beauvais et Arthur de Kersauson explore l’inspiration de Sauvage Eau de Parfum. Pour ce sillage, François Demachy, le Parfumeur-Créateur exclusif de Dior, a traduit cette heure mystique en notes olfactives. Evoquant les arômes du désert, cette fragrance aux multiples nuances, à la fois suave et intense, associe la bergamote de Calabre, signature vive du jus, aux accents boisés et secs de l’ambroxan. Gourmande et charnue, la vanille de Papouasie apporte, quant à elle, une nouvelle facette à ce parfum.

 

1. L’heure crépusculaire du désert

04 Juin
nouveautés

La rose de mai, au cœur des fragrances Dior

Cueillie à Grasse, berceau de la parfumerie et terre d’élection des parfums Dior, la rose est au cœur de l’histoire de la Maison. Chaque année, sa floraison est l’occasion de la célébrer.

Lorsque Christian Dior acquiert le château de la Colle Noire, non loin de Grasse, c’est la rose de mai, icône de ce terroir d’exception, qu’il décide de cultiver. Chère au couturier, elle fleurit depuis les débuts de la Maison sur ses créations et offre ses notes puissantes et sensuelles à ses parfums. Elle rayonne ainsi au cœur de Miss Dior, qui a accompagné les silhouettes aux courbes féminines du New Look. « C’est le parfum de l’amour. C’est ainsi que l’a voulu Christian Dior et qu’il doit le rester, avec constance, fougue, souffle et passion », explique François Demachy, le Parfumeur-Créateur exclusif de Dior, qui a également revisité ce bouquet iconique en une Eau de Parfum.

Pour Miss Dior, les producteurs se retrouvent chaque année à Grasse à l’occasion de la récolte de la rose de mai. Cette cueillette qui dure un mois est un événement très attendu. Armelle Janody, véritable passionnée qui vit une histoire sensorielle à chaque récolte, décrit des sensations uniques : « La profusion de pétales dans laquelle on plonge ses mains, la sève poivrée qui laisse son odeur sur les doigt… »

01 Juin
Défilés

Le savoir-faire dentelle

Pour recréer les dentelles blanches de cette robe longue, Maria Grazia Chiuri s’est inspirée de modèles vintage, et plus particulièrement d’un col issu des archives de l’atelier Potencier Broderies. Le motif d’origine, enrichi de fleurs en coton, a été recréé point par point, avant d’être enregistré dans le programme d’un ordinateur. Dernière étape de cette technique moderne : il a été minutieusement découpé pour laisser apparaître la guipure en transparence et donner de la matière aux volants de cette création.

©

Potencier Broderies

01 Juin
Défilés

Toile de Jouy

Motif phare de cette collection croisière et grand classique français du XVIIIe siècle, la toile de Jouy a été modernisée avec une série d’animaux sauvages. Ainsi, les tigres, les ours, les girafes… ont été dessinés à la main et à la plume, telles des gravures, au cœur de scènes pastorales. Décliné dans les teintes traditionnelles (bleu, rouge et vert), et agrémenté de touches de couleurs inédites, comme le camel ou le noir, ce tissu revisité habille les trenchs, les jupes, les jeans et certains sacs de la saison.

31 Mai
Défilés

Le savoir-faire broderies mexicaines

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

Plus d'articles