DIORMAG

15 Octobre
nouveautés

Le savoir-faire de la collection en vidéo

Du gouaché jusqu’aux derniers ajustements, découvrez les différentes étapes de la création des pièces de la collection Tête de mort

15 Octobre
nouveautés

La collection Tête de mort

Enigmatique et délicate, la nouvelle collection Tête de mort imaginée par Victoire de Castellane, la Directrice Artistique de Dior Joaillerie, a exigé tout le savoir-faire d’exception des artisans de la Maison.

Trois bagues et trois colliers en or jaune, rose et blanc composent cette collection de joaillerie Tête de mort, qui revisite les locutions « Memento Mori » et « Carpe Diem ». Rappelant qu’il faut profiter de chaque instant, ces deux préceptes ont été interprétés à travers des pierres soigneusement sélectionnées pour leur teinte pastel et profonde. Discrètement disséminés sur ces créations, comme autant d’indices, certains détails font écho à ces mots latins. Trèfle en grenats tsavorites, cœurs méticuleusement gravés ou encore couronne de muguet en or blanc et diamants évoquent la chance et les porte-bonheur de Christian Dior qui ne le quittaient pas. C’est dans un atelier de joaillerie français que ces motifs ont été réalisés par les mains expertes d’un artisan. A l’aide de ses fidèles outils, il a travaillé l’or avec soin et délicatesse pour parvenir à conter cette histoire précieuse qui ne dévoile pas tous ses secrets au premier regard.

14 Octobre
nouveautés

Doigts de fées

Lieu d’exception où bat le cœur de la Maison depuis sa fondation, l’hôtel particulier du 30, avenue Montaigne – habituellement réservé aux seules clientes de la haute couture – se dévoile et s’ouvre aux visiteurs, à l’occasion de la quatrième édition des Journées Particulières. Artisans de la haute couture et de l’excellence révèlent leurs secrets aux visiteurs avides de connaissances. Un monde de rêve sans limites, une incarnation de la grâce.

13 Octobre
événements

Dans le secret du 30, avenue Montaigne

12 Octobre
événements

Les Journées Particulières, dans les coulisses du 30, avenue Montaigne

Dès aujourd’hui, et jusqu’au 14 octobre, la quatrième édition des Journées Particulières dévoile les coulisses des lieux d’exception du groupe LVMH. Visite guidée du 30, avenue Montaigne, l’adresse iconique où bat le cœur de la maison Dior.

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

« Il fallait que ce fût ici », écrit Christian Dior dans ses mémoires, au sujet du 30, avenue Montaigne, l’hôtel particulier qui abritera sa future maison de couture. Murs gris Trianon, nœuds et médaillons Louis XVI, chaises Napoléon III au cannage devenu signature… L’élégance raffinée de ce décor continue d’inspirer les Directeurs Artistiques de la Maison qui, au sein de ses ateliers et du studio de création, réinventent perpétuellement l’héritage du couturier-fondateur.

Pousser la porte du 30, avenue Montaigne et gravir les marches que foulèrent autrefois Marlène Dietrich ou Joséphine Baker est l’une des expériences uniques offertes par les Journées Particulières. Un privilège rare, habituellement réservé aux seules clientes de la haute couture. 

 Dans cet écrin magique, qui a vu défiler, en 1947, une révolution du style mondialement célèbre – la collection-manifeste du New Look –, et dans une scénographie sur mesure de Nathalie Crinière, les robes et les créations haute couture imaginées par la Directrice Artistique Maria Grazia Chiuri se dévoilent au fil du légendaire escalier. Et dans les grands salons, aux visiteurs avides de connaissances, sont révélés, par les artisans eux-mêmes, certains précieux secrets de confection. Des plumassiers aux artisans maroquiniers, de l’atelier Tailleur où les petites mains s’appliquent à monter une veste Bar – icône parmi les icônes Dior – à l’atelier Flou, tous partagent leur savoir.

Pour cette 4e édition, Dior, seule Maison de haute couture à posséder son propre atelier de confection de chapeaux, présente pour la première fois cet art hérité de Monsieur Dior qui débuta comme modiste. Fil rouge de la visite, le savoir-faire se lit aussi dans les robes féeriques créées pour Baby Dior, comme dans l’infinie minutie de la haute joaillerie.
Une quintessence du geste que l’on retrouve dans les miniatures habillées selon les principes de la haute couture, émouvants minimodèles signés John Galliano, Raf Simons ou Maria Grazia Chiuri.

Un étage plus bas, la magie se prolonge côté parfum. De la maquette de la Colle Noire, célèbre maison de cœur de Christian Dior, aux précieuses matières premières des vingt-deux fragrances de la collection Maison Christian Dior, véritable recueil d’émotions, l’œil est captivé par les mains expertes qui scellent les flacons J’adore et signent, par la délicatesse d’un nœud brodé, l’âme couture de Miss Dior.
Cette visite hautement privilégiée dans les coulisses et les secrets du savoir-faire d’excellence s’achève autour de l’orgue à parfums et de flacons d’exception.

Plus d'articles