Carnet de voyage | DIORMAG

06 Décembre
Défilés

L’interview de Peter Philips

Peter Philips, le Directeur de la Création et de l’Image du maquillage Dior, dévoile ses inspirations et nous parle du look qu’il a imaginé pour ce défilé Pre-Fall 2019.

06 Décembre
Défilés

Beauté masculine

Pour le défilé Pre-Fall 2019, qui s’est tenu à Tokyo vendredi dernier, Peter Philips, le Directeur de l’Image et de la Création du maquillage de la Maison, a imaginé un look naturel ponctué d’accessoires de peau d’inspiration futuriste.

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

  • ©

    Lorenzo Dalbosco

Dans un premier temps, la peau a été hydratée avec les trois essentiels de la ligne de soin Dior Homme Dermo System : l’Emulsion hydratante tonifiante, l’Essence perfectrice pore control et le Sérum yeux tenseur défatigant. Puis le teint a été travaillé avec le Face and Body Foundation, disponible en quarante teintes différentes et dont la texture aérienne se fond sur la peau pour un résultat lumineux. Les sourcils, quant à eux, ont été subtilement soulignés avec les teintes de la Dior Backstage Brow Palette et le stylo Diorshow Brow Styler. Enfin, la bouche a simplement été lissée avec le Dior Addict Lip Sugar Scrub.

Le logo Dior revisité par l’artiste japonais Hajime Sorayama a également inspiré Peter Philips, qui a placé, sur la nuque, les avant-bras ou encore le dessus des mains des mannequins, « des applications en volume argentées, dont certaines ont des reflets arc-en-ciel ».

La peau
Dior Homme Dermo System Emulsion hydratante tonifiante
Dior Homme Dermo System Essence perfectrice pore control
Dior Homme Dermo System Sérum Yeux tenseur défatigant
Dior Backstage Face and Body Foundation
Diorskin Forever Undercover Concealer

Les sourcils
Dior Backstage Brow Palette 001 Light et 002 Dark
Diorshow Brow Styler

La bouche
Dior Addict Lip Sugar Scrub

05 Décembre
Défilés

Carnet de voyage

Depuis l’inauguration du pop-up Dior dans le grand magasin Isetan – où une ligne capsule été 2019 imaginée par Kim Jones a été dévoilée en avant-première – jusqu’à l’after-show qui a suivi le défilé, revivez l’atmosphère unique de cette collection Pre-Fall 2019 présentée à Tokyo.

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

  • ©

    Motohiko Hasui

05 Décembre
Défilés

Dans les ateliers

Fil rouge de la collection Pre-Fall 2019 imaginée par Kim Jones, les effets métallisés ponctuent un vestiaire aux accents rétrofuturistes. Confectionnées grâce à un procédé de haute technologie mis en œuvre dans une chambre à vide pour fixer la poudre de métal, ces pièces évoquent la silhouette iridescente du gynoïde conçu par l’artiste japonais Hajime Sorayama pour le décor du défilé.

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

04 Décembre
Défilés

L’interview d’Hajime Sorayama

Pour le défilé Pre-Fall 2019 de Kim Jones, Hajime Sorayama a imaginé une sculpture aux proportions spectaculaires et inspirée de ses gynoïdes futuristes, tel un hommage à la déification de la féminité chère à Christian Dior. Cet artiste emblématique de l’art contemporain japonais dévoile, en exclusivité, les coulisses de fabrication de son œuvre. Interview.

Dans les années 1960, alors qu’il est encore lycéen, Hajime Sorayama dessine des silhouettes féminines inspirées des pin-up des magazines masculins Playboy ou Penthouse. Une fois diplômé de la Chuo Art School de Tokyo, en 1968, il rejoint une agence de publicité, avant de devenir illustrateur indépendant et d’imaginer, dix ans plus tard, son premier robot pour une célèbre marque japonaise de boissons. En 1983, il publie Sexy Robot, un ouvrage qui rassemble ses illustrations de gynoïdes futuristes, des robots humanoïdes aux poses suggestives et aux courbes féminines et sensuelles, recouvertes d’une couche de métal argenté, qui deviendront sa signature.

L’artiste et illustrateur japonais contribue à de nombreux films fantastiques et de science-fiction, tels que The Humanoid en 1986, Braindead en 1992, Timecop en 1994 ou Space Truckers en 1996. En 1999, il signe la première version du robot AIBO de Sony (ERS-110), pour lequel il reçoit le prestigieux Good Design Grand Award, et qui intègre les collections du MoMA. Cet artiste pluridisciplinaire a aussi créé la pochette de l’album Just Push Play d’Aerosmith, paru en 2001.

Cet univers rétro-futuriste a inspiré Kim Jones pour la collection Pre-Fall 2019 et s’illustre à travers la silhouette métallisée spécialement imaginée par Hajime Sorayama pour le décor du show.

04 Décembre
Défilés

L’interview de Kim Jones

De la passion de Christian Dior pour l'art et le Japon aux œuvres rétrofuturistes de l’artiste nippon Hajime Sorayama, Kim Jones se confie sur les inspirations de sa collection Pre-Fall 2019.

03 Décembre
Défilés

Précieuse icône

Le sac Saddle et ses emblématiques courbes équestres se déclinent désormais dans une version entièrement réalisée en aluminium – et en deux modèles –, reprenant les motifs boulons et écrous du robot. La version la plus grande se porte en cross-over, avec une bandoulière, et la plus petite, telle une minaudière masculine, à la main, par un lien de cuir affichant les initiales « CD ». Toutes deux sont ornées de la signature Dior de couleurs or et argent revisitée par l’artiste Hajime Sorayama et sont disponibles en édition limitée tels des objets d’art, troublant ainsi les frontières entre mode et création artistique dans un ultime hommage à Christian Dior qui fut galeriste avant d’être couturier.

©

Motohiko Hasui

Plus d'articles