Dior célèbre la fête des Mères | DIORMAG

24 Mai
Défilés

Naissance d’une collection croisière 

A un jour du défilé croisière 2019, retour sur l’histoire de ces collections pensées pour les vacances et les longues traversées ensoleillées.

©

Richard RutledgeCondé Nast via Getty Images.

En 1948, un an à peine après son premier défilé haute couture, Christian Dior lance sa Maison aux Etats-Unis, proposant dès lors une collection baptisée Resort and Spring. Destinés aux Américaines qui embarquent pour les îles en hiver, les modèles qu’il imagine évoquent des destinations solaires – Bahamas, Honolulu, Palm Springs – et forment un vestiaire facile à porter et à emporter. 
Adaptées à toutes les situations, ces garde-robes privilégient les matières vaporeuses, agréables et les couleurs estivales. « Si vous voyagez beaucoup, il vous faut des tenues spéciales qui soient légères, peu encombrantes et qui ne se froissent pas trop », écrit-il en 1952 dans son Petit Dictionnaire de la mode.

C’est en restant fidèle à l’esprit de ces créations que la Maison a inauguré la tradition des collections croisière, nées en 1990 sous l’impulsion de Gianfranco Ferré, Directeur Artistique de Dior de 1989 à 1996. John Galliano poursuit cette idée en 2006 à l’occasion d’un show événement organisé à New York.

Devenus un rendez-vous annuel, ces défilés continuent de célébrer l’héritage de Christian Dior. A l’image de celui qui aura lieu demain dans les Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly, monument d’exception et symbole de l’art de vivre à la française auquel le couturier était particulièrement attaché.

24 Mai
Défilés

Dior au Domaine de Chantilly

Pour son défilé croisière 2019, Dior a choisi le Domaine de Chantilly et ses Grandes Ecuries, symboles du prestige et de l’art de vivre à la française. 

Croquis de l’ensemble de cocktail Chantilly, collection printemps-été 1961, Slim Look. Ensemble de cocktail, robe et veste. © Christian Dior.

Robe du soir Chantilly, collection automne-hiver 1957, ligne Fuseau. Photo Willy Maywald. © Association Willy Maywald/ADAGP, Paris 2018.

Croquis de la robe Chantilly, collection printemps-été 1965. Robe en soie imprimée marron et blanc. © Christian Dior.

Ce 25 mai, la Maison fera voyager sa collection croisière 2019 dans un nouveau lieu d’exception : les Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly. Chef-d’œuvre du xviiie siècle, ce palais équestre a été conçu par l’architecte Jean Aubert pour Louis-Henri de Bourbon, septième prince de Condé. Lieu de fête royale, ce joyau architectural du xviiie siècle reflète mieux qu’aucun autre cet art de vivre à la française si cher à Christian Dior. Le couturier-fondateur et ses successeurs, d’Yves Saint Laurent à Marc Bohan, n’ont cessé de tisser des liens électifs avec ce monument historique. A l’automne 1947, à l’occasion du deuxième défilé de Christian Dior, l’une des robes du soir a été baptisée Chantilly ; et lors de sa dernière collection, celle de l’automne-hiver 1957, un autre de ses modèles évoque son nom et son prestige.
Plus encore qu’une invitation à l’évasion, chacun des défilés croisière est une célébration de l’héritage Dior. En mai 2015, c’est le Palais Bulle, maison-sculpture hors normes qui a été le théâtre d’une collection croisière tissant des liens entre passé, présent et futur. L’année suivante, c’est dans la campagne anglaise, non loin d’Oxford, accueillis par le son des cuivres, que les invités ont découvert la sublime demeure des ducs de Marlborough : le palais de Blenheim. Y avaient déjà triomphé, en 1954 et 1958, les lignes H et Courbe. L’an dernier, à Calabasas, en Californie, Maria Grazia Chiuri a révélé ses silhouettes sauvages dans un espace spectaculaire à la nature préservée. Une collection qui faisait écho à la ligne Ovale imaginée par Christian Dior, réinterprétant un imprimé des peintures de Lascaux qui fascinaient le couturier. Autant de décors d’exception qui font, chaque année, voyager les créations à travers le temps et l’histoire de la Maison.

23 Mai
nouveautés

Dior célèbre la fête des Mères 

En l’honneur de cette journée particulière, la Maison dévoile ses nouveautés Rose des vents, ainsi que l’une de ses créations horlogères intemporelles, La D de Dior Satine.

  • ©

    Nicole Maria Winkler

  • ©

    Nicole Maria Winkler

Créés par Victoire de Castellane tels des porte-bonheur à collectionner, les bijoux Rose des vents s’enrichissent d’un nouveau bracelet jonc en or jaune, diamant et nacre blanche. Une torsade grain-de-riz en or, évoquant la corde des navigateurs et l’appel du large, habille délicatement le poignet, tandis que l’étoile fétiche de Christian Dior, réinterprétée en motif à huit branches, décore l’un des médaillons. On la retrouve également sur des puces d’oreilles imaginées en or rose ou en or jaune.

 

Symbolisant l’esprit couture de la Maison, La D de Dior Satine se pare d’une lunette en acier et d’un bracelet tous deux travaillés en finesse pour créer un effet de texture évoquant la souplesse d’un ruban de soie. Son cadran, décliné en nacre blanche ou rose, et sa couronne sertie de diamants nous plongent au cœur du savoir-faire joaillier et horloger de Dior.

21 Mai
nouveautés

Interview de Jennifer Lawrence

En coulisses du shooting de la campagne fall 2018, l’actrice et égérie Dior se confie sur son style et nous livre sa vision de la collection imaginée par Maria Grazia Chiuri. 

20 Mai
nouveautés

La campagne Fall 18 en vidéo

20 Mai
nouveautés

Masculin-féminin

Vêtue de pièces de la collection prêt-à-porter fall 2018, confectionnées dans des tissus masculins bruts, Jennifer Lawrence, actrice et égérie Dior, évoque devant l’objectif de Brigitte Lacombe les autoportraits de l’artiste surréaliste Claude Cahun. Des clichés questionnant l’identité et le genre, qui ont guidé le travail de création de Maria Grazia Chiuri. 

  • ©

    Brigitte Lacombe

  • ©

    Brigitte Lacombe

  • ©

    Brigitte Lacombe

  • ©

    Brigitte Lacombe

  • ©

    Brigitte Lacombe

  • ©

    Brigitte Lacombe

  • ©

    Brigitte Lacombe

19 Mai
VIP

Jour 12

Pour la cérémonie de clôture du Festival de Cannes, Olga Kurylenko portait une robe bustier Dior haute couture en organza. 

©

Getty Images 

Olga Kurylenko

Plus d'articles