Dior Homme et BMX | DIORMAG

09 Décembre
évènements

Le pop-up store Tarot de la rue Saint-Honoré

La maison Dior annonce l’ouverture d’un nouveau pop-up store au 386, rue Saint-Honoré, dans le Ier arrondissement de Paris. Ce nouvel espace, dont le concept architectural reprend celui du 44, avenue Montaigne, accueille une collection exclusive, inspirée du défilé croisière. Maria Grazia Chiuri, Directrice Artistique des lignes femme, a imaginé une collection autour des cartes du tarot Motherpeace créé par Karen Vogel et Vicki Noble dans les années 1970, que l’on retrouve déclinées sur de nombreuses pièces : bikers, tee-shirts ou encore sur l’iconique sac Lady Dior que l’on retrouve, ici, peint à la main. Pour célébrer l’ouverture de ce nouvel écrin, Maria Grazia Chiuri a également créé, en exclusivité, une série de six shopping-bags en cuir peints à la main.

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

  • ©

    Raphaël Dautigny

08 Décembre
évènements

Stars en Dior à la soirée Dior Homme et GQ

Hier soir, à Los Angeles, Dior Homme organisait un dîner privé avec GQ, à l’occasion de la soirée annuelle Men of the Year du célèbre magazine masculin. L’égérie de la Maison, Robert Pattinson, ainsi que de nombreuses autres personnalités, telles que John Legend et Sebastian Stan s’y sont donné rendez-vous.

07 Décembre
nouveautés

Dior Homme et BMX

Kris Van Assche, Directeur Artistique de Dior Homme, a imaginé, avec la marque française Bogarde, un BMX en édition limitée. Mise en scène par le photographe Patrick Demarchelier, cette création est la première d’une série exclusive de trois vélos.

 

  • ©

    Patrick Demarchelier for Dior Homme 

  • ©

    Patrick Demarchelier for Dior Homme 

Dior Homme et Bogarde, le spécialiste français du BMX, s’associent pour une collaboration autour de trois vélos, dont le premier est disponible en soixante-dix exemplaires numérotés. Reprenant les dimensions du deux-roues de cross, cette création exclusive à la finition chromée rappelle les codes Dior Homme, avec des détails en noir et rouge ainsi qu’une abeille gravée sur les poignées. Fabriqué en France, ce vélo affiche également des détails en cuir sur lesquels figure la signature « Dior », réalisés par la Maison en Italie. 

06 Décembre
nouveautés

Le Lady Dior vu par David Wiseman

Installé à Los Angeles, David Wiseman trouve son inspiration dans la beauté de la nature pour réaliser des céramiques, des installations et des objets. Après avoir collaboré avec la Maison en sculptant des clochettes de muguet pour les boutiques de Shanghai, Tokyo et New York, il a imaginé deux créations dans le cadre du projet Dior Lady Art. Le grand sac, totalement transparent, a été réalisé en cuir perforé et représente une remarquable prouesse technique. Sur le sac de taille moyenne, le gris Dior et les techniques traditionnelles de confection du Lady Dior sont associés à des charms uniques, ornés de muguet en porcelaine et laiton. 

©

Mark Peckmezian

06 Décembre
nouveautés

L’interview de Spencer Sweeney

06 Décembre
nouveautés

Le Lady Dior vu par Spencer Sweeney

Installé à New York, Spencer Sweeney est à la fois artiste visuel, performeur, musicien, producteur de théâtre musical expérimental et ceinture noire d’aïkido. Ses nombreux talents rejaillissent dans ses œuvres, qui expriment un perpétuel désir de mouvement et de révolution esthétique. Pour le projet Dior Lady Art, il a créé deux sacs, dotés chacun d’un design unique, sur lesquels on reconnaît des visages, des empreintes de mains et un œil. Des œuvres qui semblent inachevées, pour que leur propriétaire ait le sentiment de participer au processus de création en les portant jour après jour. 

  • ©

    Mark Peckmezian

  • ©

    Mark Peckmezian

  • ©

    Mark Peckmezian

06 Décembre
nouveautés

Le Lady Dior vu par Jamilla Okubo

Née en 1993 et diplômée de la Parsons School of Design de New York, elle est parmi les artistes les plus jeunes à avoir été invités à participer au projet Dior Lady Art. Inspirée par ses origines kenyanes, Jamilla Okubo s’attache à donner un nouveau point de vue sur la diaspora africaine. Ses trois sacs Lady Dior ont été particulièrement complexes à réaliser ; mêlant des perles de style africain, des cristaux et des techniques de broderies typiques de la haute couture Dior, ils évoquent un dialogue entre culture kenyane et héritage parisien.

  • ©

    Mark Peckmezian

Plus d'articles