Gold capsule | DIORMAG

04 Mai
Savoir-Faire

Le savoir-faire du Dior Book Tote en vidéo

04 Mai
Savoir-Faire

Le savoir-faire du Dior Book Tote en toile multicolore 

Signant une allure décontractée et estivale, ce modèle de sac Dior Book Tote a été dévoilé par l’un des mannequins lors du défilé prêt-à-porter printemps-été 2018. 

Pour découvrir les secrets de confection du Dior Book Tote, décliné pour l’été dans une toile multicolore, il faut se rendre dans le studio de création de la Maison, à Paris. C’est ici que son motif graphique a été imaginé. Un dessin composé de plus de quinze nuances de vert, d’orange, de rouge, de fuchsia, de violet et de bleu.

C’est ensuite en Italie, dans un atelier familial situé dans la région de l’Ombrie, aussi appelée « le cœur vert de l’Italie », qu’il est entièrement brodé. Plus de trente-deux heures de travail et plus d’un million deux cent mille points de couture ont été nécessaires à sa création. Autre détail évoquant tout son savoir-faire : sa réalisation exige trois points de broderie différents. Sa signature « Christian Dior Paris », en noir, a demandé une technique particulière de surpiqûre pour créer cet effet de relief.

Une fois confectionnées, les cinq pièces du Dior Book Tote sont inspectées et contrôlées, avant d’être envoyées dans les ateliers maroquiniers de la Maison, situés dans l’arrière-pays florentin. Première étape : l’artisan s’affaire au montage des deux anses rondes, imaginées dans une longueur permettant de le porter à la main ou à l’épaule. A l’intérieur du sac est embossée l’inscription « Christian Dior Paris, made in Italy » au ruban doré sur du cuir. Assemblées à la main, les parties latérales et centrales sont ensuite cousues entre elles à l’aide d’une machine à coudre. Après un ultime contrôle, le sac est prêt à être porté et à dévoiler ses jeux de nuances subtils.

03 Mai
nouveautés

Gold capsule 

Photographiée par Paolo Roversi, la collection Gold Capsule, imaginée par Kris Van Assche pour l’automne 2018, revisite le motif de l’abeille, signature de la Maison. 

  • ©

    Paolo Roversi

  • ©

    Paolo Roversi

  • ©

    Paolo Roversi

Faisant référence à Christian Dior qui, la veille de ses défilés, comparait sa maison de couture à une ruche, et évoquant les gestes précis des couturières du 30, avenue Montaigne, l’abeille se décline, pour l’automne, dans des reflets dorés. Elle se pose sur un col de tee-shirt, sur une veste, sur la poche d’un jean noir, ainsi que sur des pièces de petite maroquinerie. L’or s’invite également en détails précieux au dos d’un sweat, sur une chemise ou sur des derbys, imprimés de la signature « Christian Dior Atelier 3, rue de Marignan ».

Et pour célébrer le premier anniversaire de la boutique Dior au sein de Ginza Six, à Tokyo, deux modèles – une casquette et un jean – issus de cette collection capsule y seront dévoilés en avant-première et proposés exclusivement au Japon.

02 Mai
événements

Une bande-son inédite

Pour la campagne vidéo, filmée en 16 mm, dans laquelle Kiko Mizuhara est vêtue des pièces de la collection capsule en hommage à Tokyo, le musicien Mac DeMarco et sa petite amie Kiera McNally ont composé un morceau inédit. « Kiko et moi adorons la musique et cette chanson constituait un élément clé de ce projet », confie Monika Mogi, qui a réalisé ce film aux accents pop. 

02 Mai
événements

Collection capsule

L’actrice et mannequin Kiko Mizuhara incarne la collection capsule célébrant le premier anniversaire de la boutique Dior au sein de Ginza Six, à Tokyo. Les pièces exclusives, telles que le tee-shirt à rayures et le foulard Mitzah en twill de soie portant l’inscription « J’adior Tokyo », se révèlent sous l’objectif de son amie, la photographe japonaise Monika Mogi. 

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

  • ©

    Monika Mogi

01 Mai
Patrimoine

Dior fête le muguet

Fleur favorite de Christian Dior, le muguet inspire la Maison et continue d’éclore sur ses créations.

  • ©

    Mike de Dulmen

    Robe Mois de Mai, collection haute couture printemps-été 1957, ligne Fuseau. Christian Dior. 

  • ©

    Christian Dior

    Croquis de la robe d'après-midi Muguet, collection haute couture automne-hiver 1950, ligne Oblique. Christian Dior.

  • ©

    Association Willy Maywald  ADAGP, 2018

    Robe de lingerie Muguet de Mai, collection haute couture printemps-été 1950, ligne Verticale. Christian Dior.

  • ©

    Laziz Hamani

    Robe Muguet, collection haute couture printemps-été 1957, ligne Fuseau. Christian Dior. Collection Dior Héritage, Paris.

  • ©

    Laziz Hamani

    Robe Mois de Mai, collection haute couture printemps-été 1957, ligne Fuseau. Christian Dior. Collection Musée Christian Dior, Granville.

  • ©

    Laziz Hamani

    Packshot Edition d'exception Diorissimo dessinée par Christian Dior et réalisée en cristal de Baccarat clair – 1956.

  • ©

    Sophie Carre

    Veste brodée de muguet, collection haute couture printemps-été 2016. Christian Dior par Lucie Meier et Serge Ruffieux.

  • ©

    George Pimentel / Getty Images

    Kirsten Dunst portant une création spéciale brodée de muguets, Christian Dior par Lucie Meier & Serge Ruffieux, au 69ème Festival de Cannes en 2016.

Symbole de fête, triomphe des beaux jours, le muguet est l’un des porte-bonheur du couturier-fondateur. Fidèle à la tradition, il en offre chaque 1er Mai à toutes ses petites mains et clientes. Christian Dior chérit tant cette fleur du printemps que madame Dedeban, sa fleuriste attitrée, en aurait fait pousser toute l’année pour lui, dans une serre spécialement chauffée ! Ainsi, été comme hiver, il peut la glisser à sa boutonnière. Il en garde aussi au fond de sa poche, dans une petite boîte ouvragée. Pour les défilés, il demande à ses petites mains de coudre des brins de muguet dans l’ourlet d’une manche ou d’une robe. Tels des gris-gris, il en épingle au revers du col des tailleurs portés par ses mannequins. 


Sa fleur fétiche est aussi de toutes les saisons dans ses collections. Au printemps 1954, il lui consacre une ligne entière et, deux ans plus tard, avec Edmond Roudnitska, le couturier réalise son rêve d’en capturer la fragrance aux notes à la fois vertes et florales. Ainsi, en 1956, il lance son troisième opus, Diorissimo, véritable prouesse olfactive. Depuis, le muguet n’a cessé d’inspirer les parfums et les créations de la Maison, à l’image de celles de la collection haute couture printemps-été 2016. Des brins de muguet, composés de perles et de sequins, fleurissent sur une veste Bar blanche, qui a nécessité plus de trois cents heures de broderie. En 2016, au 69e Festival de Cannes, Kirsten Dunst monte les marches dans une robe Dior haute couture en gazar de soie blanche brodée de 300 clochettes. Une création spéciale, inspirée du modèle Muguet imaginé par Christian Dior pour sa collection printemps-été 1957, où sa fleur préférée s’épanouissait aussi sur la robe Mois de mai.

30 Avril
nouveautés

Rose des vents fluo

La collection Rose des vents, imaginée par Victoire de Castellane, la Directrice Artistique de Dior Joaillerie, dévoile des déclinaisons inédites.

« Rose des vents, c’est aussi une métaphore de la création. Créer, c’est chercher, tourner en rond, et puis trouver son repère cardinal et partir en voyage. La création est l’empreinte d’un voyage immobile », confie Victoire de Castellane. 
Réinterprétations de l’étoile porte-bonheur de Christian Dior, les créations joaillières Rose des vents s’enrichissent, pour l’été, de nouveaux modèles imaginés dans des couleurs fluo. On retrouve trois bracelets inédits déclinés en or blanc et laque rose, en or blanc et laque verte, ainsi qu’en or rose et laque orange, comme autant de bijoux gris-gris à superposer, à accumuler, à collectionner… La Mini D de Dior Rose des vents, au boîtier de dix-neuf millimètres, se laisse également inspirer par ces nuances vives, révélant un cadran laqué rose fluo. Avec sa lunette et sa boucle aux formes grain-de-riz et sa couronne sertie de diamants, ce garde-temps qui s’anime au rythme des mouvements, telle une boussole prête à montrer le chemin, évoque l’univers ludique et poétique de Victoire de Castellane. 

Plus d'articles