Le savoir-faire du Dior Book Tote toile de Jouy en vidéo | DIORMAG

10 Novembre
nouveautés

Rose Kabuki

Née de la créativité de François Demachy, Rose Kabuki rejoint la collection olfactive, chaleureuse et lumineuse Maison Christian Dior. Nouvelle composition à la floralité tendre et délicate, elle nous invite à voyager dans l’histoire de la Maison et dans celle, plus intime, du couturier-fondateur.

« Avec Maison Christian Dior, j’ai le luxe absolu de n’écouter que mon plaisir et ma liberté », confie François Demachy, le Parfumeur-Créateur exclusif de Dior. Ainsi, au gré de son inspiration, la collection Maison Christian Dior s’enrichit d’un nouveau voyage. Pensé telle une invitation à l’évasion, son nouvel opus, baptisé Rose Kabuki et illuminé par la douceur d’un rose acidulé, nous emmène au pays du Soleil-Levant. Hommage au théâtre japonais traditionnel, cette fragrance célébrant les contrastes d’une rose aérienne poudrée de muscs soyeux est aussi l’évocation d’un moment magique. A l’hiver 1955, une troupe de théâtre kabuki est accueillie avec mille attentions au 30, avenue Montaigne. Emerveillés, les comédiens découvrent, dans cet écrin raffiné, ponctué de touches de blanc et de gris, les fragrances imaginées par Christian Dior. Une scène étonnante née de la rencontre entre la culture traditionnelle japonaise et l’élégance à la française, qui renforça les liens profonds qui unissaient déjà la Maison au Japon.

 

Fasciné par la culture nippone, tant pour son respect des traditions que pour son esprit d’avant-garde, Christian Dior nourrit une passion pour l’Archipel depuis son plus jeune âge. « Ces Outamaro et Hokusai interprétés composaient ma chapelle Sixtine. Je me revois les contemplant pendant des heures », écrit-il Christian Dior et moi, commentant les estampes japonaises qui ornent les murs de sa maison d’enfance, perchée sur la falaise de Granville, en Normandie. De ses longues heures d’observation, il gardera « un goût tenace pour les japonaiseries de paravent », ajoute-t-il. Une esthétique raffinée et exotique qui s’illustre dès ses premières créations, à l’image de l’ensemble Jardin japonais, créé pour sa collection haute couture printemps-été 1953.

C’est donc tout un univers riche de réminiscences et d’inspirations, d’héritage et d’audace, que convoque aujourd’hui Rose Kabuki. De ce sillage évocateur s’échappe ainsi toute une infinité d’émotions, tendres et envoûtantes.

 

09 Novembre
VIP

Stars en Dior 

A l’occasion de différents événements qui ont eu lieu à Los Angeles, les actrices et égéries Dior Charlize Theron et Natalie Portman, ainsi que Nicole Kidman, étaient vêtues des créations de Maria Grazia Chiuri pour la Maison.

08 Novembre
Savoir-Faire

Le savoir-faire du Dior Book Tote toile de Jouy en vidéo

08 Novembre
Savoir-Faire

Motif iconique

Pour la collection croisière 2019, le sac Dior Book Tote s’habille d’une toile de Jouy revisitée par une série d’animaux sauvages. Focus sur les secrets de fabrication de ce nouvel indispensable imaginé par Maria Grazia Chiuri.

Inspirée par une toile de Jouy qui ornait, dès 1947, les murs de la première boutique du couturier-fondateur, baptisée « Colifichets » – au 30, avenue Montaigne – et réalisée avec le décorateur Victor Grandpierre, d’après les conseils de l’artiste Christian Bérard, Maria Grazia Chiuri a modernisé ce grand classique de la confection française. Ainsi, les illustrations pastorales qui ponctuent traditionnellement ce motif ont été remplacées par des animaux sauvages. Après avoir été dessinés à la main et à la plume, ils ont été imprimés ou brodés sur différentes pièces et accessoires de la collection croisière, à l’instar du sac Dior Book Tote.

Rendez-vous dans un atelier familial italien, pour suivre la première étape de sa confection : la broderie. A elle seule, cette pièce a exigé plus d’un million six cent mille points de couture, réalisés en quarante-deux heures. Après avoir entièrement brodé un fond beige, les machines à coudre dessinent, sous le regard avisé des artisans, les feuillages et les troncs des arbres en bleu, puis les silhouettes du tigre, du singe, du lion et du serpent. Pour réaliser ces saynètes animalières, des techniques de piqûre en relief ont été développées afin de créer des jeux d’optique uniques et de mettre en lumière les détails les plus infimes. « J’ai remis au goût du jour ces scènes décoratives et je les ai rendues plus dynamiques et surprenantes en représentant des animaux sauvages et exotiques pour l’imaginaire occidental, qui font presque de mes toiles un acte de transgression surréaliste par rapport à la tradition. On découvre cela uniquement en faisant très attention ou en observant de très près le tissu », explique la Directrice Artistique des collections femme.

Une fois la mention « Christian Dior » brodée en beige et « Paris » en noir sur le devant du sac, les cinq pièces du Dior Book Tote sont inspectées avant d’être envoyées dans les ateliers maroquiniers de la Maison, situés dans l’arrière-pays florentin. Là, les artisans procèdent au montage en commençant par les deux anses, cousues avec des renforts sur les pans avant et arrière du sac. La discrète signature « Christian Dior Paris, made in Italy » est ensuite placée à l’intérieur. Puis, dernière étape avant le contrôle final : l’artisan assemble entre elles, à la machine à coudre, les parties latérales et centrales du sac.

05 Novembre
nouveautés

Nouveaux essentiels

Les jupons enrichis de broderies ou d’une toile de Jouy réinterprétée côtoient les rangers revisitées dans une version contemporaine, baptisée DiorCamp. Exprimant une féminité sauvage, ces silhouettes de la collection croisière 2019 rendent hommage à la discipline, à la fois gracieuse et puissante, des escaramuzas, ces cavalières mexicaines traditionnelles qui ont inspiré Maria Grazia Chiuri.

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

  • ©

    Viviane Sassen

02 Novembre
nouveautés

Nouvelle allure masculine

La campagne Été 2019, shootée par Steven Meisel, reflète l’énergie créative et le néoromantisme insufflés par Kim Jones au nouvel homme Dior. Ces premiers clichés dévoilent les pièces de la collection capsule imaginée par le Directeur Artistique.

  • ©

    Steven Meisel

  • ©

    Steven Meisel

  • ©

    Steven Meisel

Devant l’objectif du photographe américain Steven Meisel, les silhouettes de cette collection capsule se mettent en scène aux côtés de l'emblématique figurine BFF de l'artiste new-yorkais KAWS. Vêtue d’un costume symbolisant Christian Dior, elle fait écho à l’œuvre monumentale créée pour le défilé Eté 2019. Ainsi, dans des séquences aux nuances de rose, douces et acidulées, cette campagne met en lumière un vestiaire renforçant le dialogue entre l’art et la mode, l’héritage et l’audace.

 

Une veste, une chemise et des pantalons en denim selvedge japonais ont été brodés dans le style Boro, une technique artisanale du XVIIe siècle, unique et complexe, qui offre aux vêtements une plus grande résistance. En hommage à ce précieux savoir-faire, ces pièces sont ponctuées de fils colorés, que le Directeur Artistique a volontairement laissé apparents, telle une signature singulière, couture et vintage. Perpétuellement attentif à l’air du temps, Kim Jones a commissionné l’artiste KAWS, issu de la scène graffiti américaine, pour une nouvelle interprétation de l’abeille iconique – emblème de la Maison – ainsi que du nom Dior lui-même, avec une pointe de désinvolture. L’abeille revue par KAWS apparaît sur des sweatshirts et des pantalons en molleton à l’esprit sportswear et se pose sur des ensembles en denim noir ou blanc.

 

Cette collection capsule sera disponible en avant-première le 28 novembre au Japon, lors de l’inauguration d’un pop-up store au sein du grand magasin Isetan, à Tokyo, ainsi qu’à la House of Dior Ginza, adresse emblématique de la Maison. À partir du 1er décembre, ces créations seront dévoilées dans d’autres pop-up, au cœur de Dover Street Market à Londres, de Maxfield à Los Angeles, et de Dubai Sol aux Émirats arabes unis, puis au sein d’une sélection de boutiques Dior dans le monde, ainsi que sur la boutique en ligne de la Maison et également sur WeChat.

31 Octobre
nouveautés

Le savoir-faire haute couture de Dior

Du premier croquis du studio aux sequins brodés de fil d’or par les petites mains de la Maison, découvrez les secrets de confection de la robe haute couture sublimée par l’actrice et égérie Dior Charlize Theron dans la nouvelle campagne J’adore.

Plus d'articles