Nouvelle égérie | DIORMAG

23 Juin
Défilés

Dior en héritage

La première collection Dior Homme imaginée par Kim Jones pour le printemps-été 2019 a défilé cet après-midi dans l’une des casernes de la garde républicaine à Paris. Découvrez ses inspirations.

©

Brett Lloyd

Christian Dior & moi. Dans son autobiographie, Christian Dior a suggéré qu’il y avait deux Dior : l’homme et le mythe. Le premier étant Monsieur Dior lui-même. Le second, incarné par la Maison créée en 1947.
Pour sa première collection en tant que Directeur Artistique de Dior Homme, Kim Jones a choisi d’interpréter les codes du couturier. Ceci est un double hommage, à la fois à la personnalité de Christian Dior et au rêve de la haute couture que sa Maison symbolise. La collection instaure ainsi un dialogue entre les deux facettes de sa vie.

La couture a influencé le savoir-faire et la sélection des matières, notamment par l’utilisation d’une toile de Jouy choisie pour la boutique originale du 30, avenue Montaigne, décorée par Victor Grandpierre.
Ce code Dior, inspiré par l’héritage de la Maison, est décliné en jacquards ou en broderies, dans des matières aussi contrastées que le tulle ou le cuir, ainsi qu’en plumes.

L’identité haute couture, essentiellement féminine, est ici adaptée au vestiaire masculin, donnant vie à des vêtements souples, aux épaules arrondies et aux lignes épurées. Une nouvelle veste Dior, baptisée Tailleur Oblique, enveloppe la silhouette d’une ligne diagonale, telle une référence subtile à l’un des modèles imaginés pour la collection automne-hiver 1950.
Travaillées en cachemire et en mohair d’été, d’autres vestes font écho aux lainages anglais tant appréciés par Christian Dior, aussi bien pour sa propre garde-robe que pour ses créations. Entre tradition et modernité, Kim Jones mélange habilement les références haute couture et sportswear.

Les motifs floraux traversent la collection, hommages à la double passion de Monsieur Dior pour la nature et ses « femmes-fleurs ». Les fleurs, qui s’épanouissaient sur l’un des services en porcelaine du couturier, sont ici revisitées par des dessins contemporains, puis travaillées en imprimés ou en broderies. Des plumes brodées par l’atelier Lemarié sont recouvertes de vinyle rappelant le vernis de la porcelaine fine. Évoquant l’enfance de Christian Dior influencée par les goûts de l’époque édouardienne, ainsi que son amour du xviiisiècle, cet univers décoratif inspire la palette de la collection : bleu, blanc, rose clair, l’une des couleurs de sa maison d’enfance à Granville, tout comme le gris, autre nuance iconique. Une touche de jaune aux reflets dorés fait allusion à la description donnée par Jean Cocteau de son ami Dior : « Ce génie léger, propre à notre temps, dont le nom magique comporte celui de Dieu et or. »

Cette collection printemps-été 2019 est ponctuée également de clins d’œil à la vie privée de Monsieur Dior. Motif récurrent : son chien Bobby, qui avait inspiré une édition limitée du parfum Miss Dior et donné son nom à plusieurs créations. Les bijoux revisitent aussi un sceau utilisé par la famille Dior pour son entreprise dans les années 1920, ainsi qu’un symbole brodé, issu du faire-part de naissance de Christian Dior, en 1905. Cette immersion dans l’intimité du couturier a influencé certaines techniques de confection : des vestes, comme retournées, dévoilent leur doublure rayée, et des superpositions de deux types d’organza de soie, dont l’un de style sportswear. Les vêtements rendent ici un nouvel hommage au savoir-faire haute couture.

Les accessoires trouvent leur origine dans le patrimoine unique de la maison Dior. L’emblématique sac Saddle est réinterprété pour la première fois en version masculine : en besace et en banane, ou, tel un patch, sur les sacs à dos et les blousons en cuir. La maroquinerie multiplie les références aux codes Dior : de la toile de Jouy en version brodée à un motif cannage découpé au laser, en passant par la toile Dior Oblique, dévoilée dans une nouvelle variation tricolore.

Christian Dior a confié, dans ses écrits, que sa personnalité était multiple. Kim Jones a repris cette idée pour son premier défilé, s’entourant de plusieurs univers créatifs.
Yoon, cofondatrice du label japonais Ambush, a détourné, en bijoux, les icônes Dior telles les initiales « CD », les fleurs et les insectes. Matthew Williams a, quant à lui, conçu une nouvelle boucle en métal ornant les accessoires. Stephen Jones a imaginé des chapeaux à partir de modèles originaux « Christian Dior Monsieur » issus des archives de la Maison. Enfin, spécialement commissionné, l’artiste KAWS, a créé, la pièce centrale du décor du show, une sculpture monumentale représentant sa figurine signature, BFF. Entièrement recouverte de roses, elle symbolise la silhouette de Christian Dior tenant dans ses bras le flacon de parfum Miss Dior à l’effigie de son chien Bobby. KAWS a aussi revisité l’abeille, autre emblème de Dior, qui se pose sur les vêtements, au gré des broderies et des imprimés, illustrant cette citation de Christian Dior : « Et quand on prend la nature pour référence, on ne peut pas vraiment se tromper. »

L’inspiration est double : la personnalité du couturier et sa passion pour la nature. Plus qu’un nouveau look, c’est un nouveau regard.

23 Juin
Défilés

Invitation

Aujourd’hui, à 17 heures, Kim Jones, le Directeur Artistique de Dior Homme, présentera sa première collection pour la saison printemps-été 2019, dans une caserne de la garde républicaine, à Paris. Restez connectés pour découvrir les silhouettes et les détails du show.

22 Juin
nouveautés

Nouvelle égérie 

Jennifer Lawrence, actrice et égérie Dior, sera le visage de la nouvelle fragrance imaginée par François Demachy, le Parfumeur-Créateur exclusif de la Maison. 

19 Juin
nouveautés

Les nouveautés La Rose Dior 

Avec ses nouvelles créations, Victoire de Castellane, la Directrice Artistique de Dior Joaillerie, propose une escapade bucolique où la nature se révèle plus poétique que jamais.

Des nouveautés s’épanouissent au sein de la collection La Rose Dior. En hommage à la fleur préférée de Christian Dior, Victoire de Castellane a imaginé une bague et un collier Rose Dior Pré Catelan ornés de diamants. Autre clin d’œil à l’héritage de la Maison, la créatrice met en scène une abeille en référence au couturier-fondateur qui, lors de la préparation des défilés, comparait ses ateliers à une ruche. On retrouve ainsi ce motif sur une bague et une paire de boucles d’oreilles. Enfin, pour parfaire cette collection, des diamants bourgeonnent sur une bague Bois de rose. 

19 Juin
nouveautés

L’interview des mannequins

Bella Hadid, mannequin et visage du maquillage Dior, Ruth Bell, Chu Wong et Manuela Sanchez livrent leurs impressions sur les créations Dior Backstage.

Dans les coulisses d’un défilé, les quatre mannequins choisies pour la campagne Dior Backstage confient leurs préférences make-up et leurs coups de cœur dans la nouvelle ligne maquillage de la Maison. 

19 Juin
nouveautés

L’interview de Peter Philips

En coulisse d’un défilé, Peter Philips nous parle de la nouvelle ligne Dior Backstage.

Des flacons simples d’utilisation aux matières faciles à appliquer, sans oublier les teintes correspondant aux carnations de chacune, Peter Philips a imaginé toutes les facettes d’une ligne de maquillage intuitive. 

18 Juin
nouveautés

Les essentiels des défilés

Dior réinvente le maquillage avec Dior Backstage. Inspirée des besoins des make-up artists et créée par Peter Philips, le Directeur de la Création et de l’Image du maquillage de la Maison, cette ligne de maquillage a été pensée pour toutes les femmes qui recherchent un résultat professionnel.

« Avec Dior Backstage, je souhaite mettre mon expertise à la portée de tous. Mon équipe doit être capable de travailler n’importe où, dans l’effervescence des défilés », explique Peter Philips. Fort de ses vingt ans d’expérience entre shootings et shows, il propose, avec cette nouvelle gamme, les indispensables des make-up artists pour toutes les routines beauté.

 

Incontournable, le nouveau Face and Body Foundation se décline en quarante teintes universelles pour que chaque femme trouve celle qui lui ressemble. Sa texture, à travailler au doigt ou au pinceau, offre une intensité sur mesure tout en révélant l’éclat de la peau. Innovant, ce fond de teint contient une formule waterproof inédite, nommée « Runway Proof », qui résiste à la chaleur et à l’humidité des plateaux de tournage et des catwalks. Pour une utilisation intuitive et rapide, le flacon a été conçu pour déposer la juste dose et laisser apparaître les couleurs au premier coup d’œil.

Deux palettes pour le visage ont également été imaginées pour la gamme. Riche en pigments, la Glow Face Palette, aux textures fondantes et concentrées en nacre, apporte un éclat naturel sans effet de matière : le glow. La Contour Palette, quant à elle, présente toutes les nuances d’un contouring parfait. A travers des couleurs claires, pour accrocher la lumière, et d’autres, plus mates et foncées, pour sculpter l’ovale du visage, elle révèle des textures si fines qu’elles fondent sur la peau.

Enfin, le regard s’habille des deux harmonies de l’Eye Palette, composées chacune de huit teintes et deux finis, mat ou irisé. Sa matière crémeuse permet un effet longue durée et « intensifie le rendu de la couleur qui y sera superposée », explique Peter Philips.

Pour satisfaire toutes les demandes make-up, la ligne Dior Backstage comprend aussi une palette pour la bouche proposant trois teintes de gloss volumateur, trois nuances de rouge à lèvres au fini satiné et trois mats différents. Pour les sourcils, une cire fixante et deux fards poudre ont été glissés dans chacune des deux Brow Palettes. Parce que de bons outils sont essentiels pour une application parfaitement maîtrisée, quatorze pinceaux ont également été créés, à l’image du reste des nouveautés, pour répondre aux exigences des professionnels comme aux attentes de toutes les femmes.

Plus d'articles