DIORMAG | DIORMAG

27 Juin
Défilés

Savoir-faire d’excellence

Des volutes de plis dégradés, des jeux de stratification sur un manteau de cuir, un imprimé imaginé d’après des coupures de presse ou encore le délicat mouvement d’une veste tailleur en construction… le savoir-faire du défilé homme Eté 2020 de Kim Jones se révèle en ses moindres détails.

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

  • ©

    Sophie Carre

25 Juin
Défilés

DIOR et RIMOWA

Un sac à dos en aluminium - rehaussé de bretelles et de poignées en cuir -, une minaudière pour transporter ses précieux essentiels, une valise cabine et un champagne case au design élégant et fonctionnel, ont été dévoilés lors du défilé homme Eté 2020. Confectionnées avec un savoir-faire d’excellence, certaines de ces créations exclusives « DIOR et RIMOWA » - Maison du groupe LVMH dédiée aux bagages de luxe - recèlent notamment une technique innovante qui a permis d’inscrire, telle une signature indélébile au cœur de l’aluminium, le motif iconique Dior Oblique imaginé, pour Dior, par Marc Bohan en 1967. Une célébration du travail de la matière, pierre angulaire de ce défilé. 

©

Jackie Nickerson

25 Juin
Défilés

Futurs essentiels

Le sac Saddle, revisité en version masculine par Kim Jones, se décline dans un format inédit, tandis qu’il accompagne, dans une version amovible, un duffle bag. Cette icône de la Maison a également été moulée, tel un artefact, par Daniel Arsham, afin de donner vie à un sac imprimé en 3D, en édition limitée. Inspirée de l’univers de l’artiste contemporain, une minaudière blanche semble avoir été altérée par des cristaux de quartz qui entourent les lettres « DIOR » en ton sur ton. Un précieux fermoir orné des initiales « CD » signe de nouvelles créations, en toile Dior Oblique, en Nylon ou en cuir.

©

Jackie Nickerson

25 Juin
Défilés

Visions artistiques

Vestiges du temps, les créations de Stephen Jones, le chapelier de Dior, confectionnées à la main, s’inspirent des sculptures de Daniel Arsham. Des casquettes et des visières blanches, en édition limitée, signées des lettres « DIOR », comme désagrégées par l’usure du temps, évoquent de précieux moulages. Des œuvres d’art à part entière, reliques d’un futur imaginaire.

©

Jackie Nickerson

25 Juin
Défilés

Précieux vestiges

Comme figé dans le temps, un brin de muguet réinventé en une broche blanche calcifiée, inspirée du travail de Daniel Arsham, rend hommage à la superstition de Monsieur Dior. Le livre Je suis couturier de Christian Dior se métamorphose en pendentif ou déploie ses pages pour devenir un bracelet, tandis qu’une bague quatre doigts réinterprète le logo de Dior, fissuré par le temps et ponctué d’un « O » en quartz rose. Les boucles d’oreilles en cristaux roses ou bleus, ou entrelaçant les initiales « CD », s’affichent tels de nouveaux emblèmes archéologiques.

©

Morgan O'Donovan

Plus d'articles