Gala International du Guggenheim 2017 | DIORMAG

17 Novembre
évènements

La soirée du Gala international du Guggenheim

Après la preparty, mercredi soir, le dîner du Gala international du Guggenheim rendu possible par Dior avait lieu hier soir à New York. Dans la rotonde du musée, les invités ont découvert un extrait de l’œuvre Falls the Shadow, de Daniil Simkin, interprété par le danseur lui-même, avec des costumes imaginés spécialement par Maria Grazia Chiuri. 

  • ©

    Kate Owen

  • ©

    Kate Owen

  • ©

    Kate Owen

  • ©

    Kate Owen

17 Novembre
Savoir-Faire

Les robes des sœurs Haim

Pour la preparty, au cours de laquelle elles se sont produites mercredi soir, et pour le dîner du Gala international du Guggenheim, hier, Danielle, Alana et Este, les trois sœurs du groupe HAIM, portaient des créations Dior spécialement imaginées pour elles par Maria Grazia Chiuri. Leurs robes ou ensembles rouges, en mousseline ou en tulle plissé, froncé, ou recouvert de broderies aux allures de mosaïques, reprenaient les inspirations du défilé prêt-à-porter printemps-été 2018 et ont été réalisés dans les ateliers de la Maison. 

©

Sophie Carre

17 Novembre
VIP

VIP au Gala international du Guggenheim 

16 Novembre
VIP

HAIM

Focus sur le groupe de pop HAIM, qui s’est produit hier soir, à New York, à l’occasion du Gala international du Guggenheim rendu possible par Dior.

©

Kate Owen

Les trois sœurs du groupe HAIM, Danielle (guitare et batterie), Este (basse) et Alana (guitare et clavier), ont toujours fait de la musique ensemble, aussi loin que remontent leurs souvenirs. Pendant leur enfance, dans la vallée de San Fernando, près de Los Angeles, leurs parents les ont constamment encouragées, ce qui leur a permis de jouer avec talent de plusieurs instruments. Adolescentes, elles se produisaient déjà avec le groupe familial lors d’événements caritatifs. Puis Danielle a été repérée pendant une jam session par Jenny Lewis, qui l’a ensuite invitée à rejoindre son groupe. Este est quant à elle diplômée en ethnomusicologie, de l’université de Californie à Los Angeles, où elle a étudié les percussions brésiliennes et la chanson folklorique bulgare. En 2007, alors qu’Alana, petite dernière de la famille, avait quinze ans, les sœurs ont monté leur propre groupe. L’été dernier, elles ont sorti leur second album, très attendu. A l’image de leur Etat d’origine, le son de HAIM est sensuel et ensoleillé, mêlant des références nostalgiques aux années 1970 avec des touches de folk, de funk et de R’n’B des années 1990. Les sœurs Haim sont souvent comparées à Fleetwood Mac en raison de la richesse de leurs harmonies et de leur son de guitare. Au Gala international du Guggenheim, elles se sont produites devant un parterre d’amis du musée et de la maison Dior, qui ont pu danser sur leur nouveau single, Want You Back, ou sur une émouvante reprise d’I Won’t Back Down, une chanson de Tom Petty, disparu récemment. Entre deux chansons, Alana Haim a pris quelques instants pour apprécier l’ampleur de la foule, qui emplissait la rotonde du musée jusqu’au deuxième étage. « On n’arrive pas à y croire, c’est tellement beau, a-t-elle lancé. C’est comme vivre un rêve ! » 

16 Novembre
évènements

Une soirée au Guggenheim

Plus d'articles