DIOR ET DANIEL ARSHAM

A l’occasion de son défilé Eté 2020, Kim Jones, le Directeur Artistique des collections masculines, a invité Daniel Arsham à concevoir une scénographie peuplée de fascinantes sculptures monolithiques épelant le mot " D.I.O.R ". Véritable archéologue du futur, cet artiste américain, vivant à New York, a bâti son oeuvre à la croisée des disciplines, initiant de captivants dialogues entre l’architecture et le design, l’Histoire et l’art contemporain. 

    Pour cette collaboration inédite, il a réalisé des œuvres exclusives qui célèbrent, en le réinventant, l’héritage de la Maison. Ces pièces numérotées, rappelant sa série Future Relics, rendent hommage à la première vocation de Christian Dior qui fut galeriste et collectionneur. Ces deux amoureux de l’art, que sont Kim Jones et Daniel Arsham, font revivre, telles de précieuses reliques devenues œuvres contemporaines, les inspirations et objets intimes de Monsieur Dior, dont son ouvrage Je suis couturier, écrit en 1951, qui se transforme en livre érodé et constellé de cristaux. De surprenantes répliques en miniature déclinent les lettres « D.I.O.R » qui ponctuaient le défilé Homme Eté 2020, prolongeant tel un écho l’échange passionné entre Daniel Arsham et Kim Jones. 

    Pour poursuivre cette expérience néo-futuriste, un écrin conceptuel, évoquant les coffres en bois des livraisons spéciales, a été façonné pour préserver ces exemplaires originaux. Ultimes métaphores de cette mise en scène, brouillant les limites spatio-temporelles, un sablier aux nuances évoquant le décor du défilé et une paire de gants blancs immaculés, promettent de vivre une singulière odyssée. Un certificat d'authenticité numéroté accompagne cette œuvre issue de la collaboration entre Daniel Arsham et Dior. Chacune des œuvres en édition limitée est fabriquée à la main dans les ateliers new-yorkais de l'artiste.

    VU SUR LE DÉFILÉ